Mairie

Accueil » Mairie » Tribunes d'expression libre

Retour aux sections
  • Lors du conseil municipal du 25 mars, les élus ont procédé au traditionnel vote du budget. C’est un budget réfléchi qui a été proposé, en lien avec les obligations structurelles et les réalités du terrain.

    Il faut rappeler que depuis 2014 et en plus de la  baisse des dotations de l’Etat (la DGF est passée de 542 904 euros en 2013 à 298 050 en 2019), nous avons respecté les « dépenses inattendues » comme la refonte des grilles indiciaires des agents et l’indemnité de compensation de la réforme de la CSG, la sécurisation des établissements scolaires après les attentats (sans subvention), la prévention des risques professionnels… Il s’agit là de dépenses justifiées pour des bénéficiaires, mais qui impactent les finances de la commune sans contrepartie de l’Etat.

    Pourtant, grâce à une gestion rigoureuse et prudente et des choix qui s’avèrent judicieux, la municipalité est parvenue à dégager un excédent (1 088 512,94 euros à la fin de l’exercice 2018) qui permet de réaliser des investissements sans avoir à endetter exagérément la commune, et donc les habitants.

    En deux ans (2018 – 2019), ce sont plus de 2 millions d’euros qui seront investis dans la commune (maison des jeunes, centre socioculturel, accessibilité, nouveau terrain d’entraînement du foot, outils numériques dans les écoles, aire de jeux, parcours santé…), sachant que les emprunts nécessaires à ces investissements s’élèvent à moins de 700 000 euros. La part de l’excédent injectée dans les investissements et les différentes recettes trouvées permettent au final de maintenir un faible endettement par habitant : 285 euros en 2020 (770 euros dans les communes de même state)

    Il a été dit que la municipalité actuelle « vidait les caisses » (CM du 5 février 2019).

    Nous signalerons simplement qu’après 6 ans de mandat :

    • les structures communales auront été parfaitement entretenues et pour certaines rénovées
    • nous aurons fait face aux besoins d’une population augmentée de plus d’un quart (scolaires, périscolaires, petite enfance) : l’État ne la prenant en compte dans l’attribution des dotations qu’en 2022
    • nous entretenons 1/8 de territoire supplémentaire
    • le taux d’endettement est maintenu dans une fourchette basse
    • il restera plus de 300 000 euros d’excédent pour envisager sereinement le mandat suivant (très loin d’une caisse vide…).
  • Jeudi 28 février, en partenariat avec ses villes voisines, Pulnoy a organisé, dans le Grand Débat National, une Réunion d’Initiatives Locales réunissant une quarantaine de Pulnéens, Pulnéennes et un Saulxurois.

    Ces citoyens se sont mobilisés pour contribuer à l’amélioration des conditions de vie de tous, nous les en remercions.

    Depuis 2014, la municipalité invite les habitant.e.s lors de réunions publiques (rue des Hauts Sapins, du Chanois, projets de voirie…) ou de café-rencontres thématiques (Résidences seniors, Grémillon, Maison des jeunes). Les élus majoritaires les ont rencontrés chez eux durant 2 opérations des oreilles de la ville.

    Une commission consultative (signalétique, mobilier urbain) a intégré des citoyens qui se sont impliqués dans le diagnostic et on fait des propositions. Les jeunes utilisateurs ont été entendus dans le cadre de la rénovation de la Maison des jeunes et des présidents d’associations, des entrepreneurs, des parents d’élèves ont été consultés lors de la refonte du site internet.

    Les ateliers participatifs, composés exclusivement de personnes de la société civile, ont permis la mise en place d’actions autour de la propreté et ont initié la création du Repair Café intercommunal Pulnoy-Saulxures-Seichamps.

    Le cercle de mémoire composé d’une majorité de Pulnéens et Pulnéennes passionnés par l’histoire de leur commune, propose des publications sur les petites et grandes anecdotes qui ont fait ce que Pulnoy est aujourd’hui.

    Les rencontres et échanges réguliers existent avec les associations (Dîner débat), les enseignants, les assistantes maternelles ou les entreprises pour envisager l’avenir et évoquer les problématiques propres à chaque secteur d’activité, à chaque activité professionnelle.

    Les membres du groupe minoritaire sont présents dans toutes les commissions (urbanisme, appel d’offres…) et peuvent à tout moment proposer des projets, comme cela a été le cas pour la gestion des sapins de noël après les fêtes.

    La volonté de ce groupe majoritaire est de faire participer les habitant.e.s à la vie de la commune. Les noms diffèrent, « commission consultative», « groupe de travail élargi », « ateliers participatifs »…  mais le résultat est l’implication réelle du citoyen. C’est une chance pour Pulnoy d’avoir des habitant.e.s motivé.e.s et volontaires.

    Nous continuerons, avec eux.

  • LES INFOX’s MUNICIPALES à PULNOY …

    Dans sa communication visant à valoriser son action, la majorité municipale n’hésite pas à diffuser des INFOX’s.

    Trois exemples :

    1- « Une ville verte … qui veut le rester »
        – l’annonce :
    Dans l’article “Tous éco-responsables …” de l’Est Républicain du 25 mars 2019 “Mme le Maire rappelle que la commune offre à la population «un patrimoine naturel, entretenu et protégé» avec … son golf, …  et ses 11 km de piste cyclable “…
        – la réalité :
    18 ha de prairie, derrière le collège, sont destinés à disparaître pour la construction de 5 à 600 logements et les 35 ha de terrains agricoles, derrière le cimetière route de Cerville, seraient “encore” destinés à la création d’un inutile 2e golf et d’une hôtellerie de luxe !
    Les 3,5 km de vraies pistes cyclables et les 2 km de “couloirs” cyclables matérialisés ne font pas 11 km ! Sauf à compter les 2 sens de circulation !

    2-  « Une enquête sur la collecte des déchets verts »
        – l’annonce :
    Dans le Pulnoy en Bref de janvier, il est affirmé qu’une enquête a été menée auprès des personnes âgées et que «la très grande majorité des personnes consultées ne voit pas d’utilité à un nouveau dispositif de collecte» …
    En réunions publiques et municipales, Mme la Maire a affirmé que «Seichamps avait abandonné ce service» …
        – la réalité :
    Comment oser parler d’une “très grande majorité” quand seulement une poignée de Pulnéens a été sommairement consultée ? ! …
    Comment affirmer l’abandon de Seichamps alors que le site officiel de cette ville (1) indique que cette collecte existe depuis 2010 et (2) donne dès à présent son calendrier pour 2019 (2 collectes / mois, d’avril à nov.) ? ! …

    Et pour couronner le tout …

    3- « Un stationnement facilité … avec 18 places supplémentaires »
        – l’annonce :
    Sur le site de la Ville et dans le Pulnoy en Bref de mars, la majorité se félicite de la création de “18 places supplémentaires”  de stationnement à la Masserine, dont “14 places créées” av. du Grémillon et “4” rue de la Petite Fin …
        – la réalité :
    Les travaux réalisés ont créé 8 places supplémentaires av. du Grémillon et 4  places rue de la Petite Fin, soit un total de 12 nouvelles places et non 18 comme “infoxer” sur le site de la ville le 13 février …
        – la crainte :
    Si les 915 places de stationnement des Résidences Vertes (Pulnoy en Bref de janvier) ont été comptabilisées avec la même précision, faut-il là aussi réduire ce nombre d’1/3 ?

    Vos élus d’opposition [FB]

  • Et si la municipalité de PULNOY fonctionnait AUTREMENT ? …

    La municipalité pulnéenne actuelle, à l’image de son “modèle métropolitain”, n’a – pour le moins – pas la “fibre du partage” de ses choix et décisions pour la gestion de notre commune.
    Nous, élus de l’équipe minoritaire, l’avons maintes fois regretté dans nos commentaires, tant en conseil municipal que dans nos écrits.

    Avec son équipe municipale majoritaire actuelle, Pulnoy illustre parfaitement ces fréquentes dérives dans le fonctionnement des municipalités des communes de taille moyenne :
    – accaparement du pouvoir par le maire et ses adjoints,
    – absence de participation effective des habitants en cours de mandat.
    Pour justifier ces dérives, l’argument est toujours le même :
    “les citoyens font – par leur vote tous les 6 ans – leur “choix” pour une équipe associée à un programme”, comme si cela donnait “carte blanche” à l’équipe majoritaire pour l’ensemble de ses propositions, sans que rien ne puisse être ensuite remis en question !

    Et pourtant, pour se préserver de ces regrettables dérives, une municipalité peut fonctionner  “AUTREMENT , dans une gouvernance collégiale et participative. Certaines communes le démontrent.

    Une “gouvernance collégiale” ? … elle suppose une intégration de tous les groupes du conseil municipal grâce à :
    – la répartition, entre TOUS les élus,  des secteurs de compétences municipales, des responsabilités et des indemnisations correspondantes,
    – l’installation d’un Comité de gouvernance réunissant TOUS les élus, en remplacement du traditionnel comité de direction ou conseil d’adjoints. A fréquence moyenne bimestrielle, sa réunion prend la forme du traditionnel conseil municipal avec délibérations officielles et ouverture au public.

    Une “gouvernance participative” ? … elle suppose une participation citoyenne, par la mise en place :
    – de commissions participatives thématiques coordonnées par des élus et regroupant les habitants intéressés. Elles définissent des grandes orientations et priorisent des actions concrètes à mettre en œuvre.
    – de groupes de réalisation de projet réunissant, sur une période déterminée, quelques habitants volontaires avec au moins  un élu référent. Ils préparent, mettent en œuvre et suivent les actions concrètes définies en commissions.

    Une bonne solution pour un prochain mandat !
    Vos élus d’opposition [FB]

En 1 clic
Guide des activités et services
Comptes rendus des Conseils
Tri / Déchets
Paiement en ligne
Horaires de bus
La Mairie recrute
Renaturation du Grémillon